Qu’est-ce que le béton lavé ?

Le béton lavé est un béton standard décoratif, très proche du béton désactivé. Il est souvent utilisé au sein des jardins grâce à son aspect très esthétique. Cette matière sert à construire les terrasses, les trottoirs, les allées des parcs et se retrouve dans la voirie.

Le béton lavé se reconnaît également par son aspect granuleux et son toucher rugueux. Vous trouverez dans cet article toutes les informations concernant le béton lavé et ses particularités.

Les points forts et faibles du béton lavé

L’avantage principal du béton lavé est sans aucun doute son effet esthétique. C’est une alternative intéressante si vous souhaitez ajouter une touche décorative à votre extérieur. Avec son large choix de pigments colorés, vous aurez un résultat encore plus exceptionnel et authentique.

À part cela, le béton lavé est aussi solide et résiste aux divers chocs thermiques. Par conséquent, sa durée de vie est plutôt longue. Il ne requiert pas beaucoup d’entretien et reste toujours frais pendant la période estivale.

Enfin, le béton lavé est un antidérapant impressionnant. Il est d’ailleurs très robuste et révèle être très pratique pour les personnes ayant une mobilité réduite.

À côté de ces avantages, les inconvénients de cette matière première ne sont pas assez nombreux, mais se révèlent tout de même de taille. L’aménagement du béton lavé n’est pas aussi simple à exécuter. Il est souvent très onéreux.

Si vous comptez l’utiliser, il faudra prévoir une évacuation des eaux de surface ainsi qu’un joint de retrait. Pour que la pose soit parfaite, le support doit être propre et ne doit avoir aucune fissure.

Enfin, les restrictions climatiques peuvent être un frein à la bonne tenue de votre chantier, car l’installation ne doit jamais se faire à des températures trop froides ou sous la pluie. Le séchage requiert aussi une certaine température.

Les caractéristiques propres du béton lavé

Comme pour le béton désactivé, celui-ci offre un bon nombre de finitions. Il suffit de jouer sur les différentes teintes ainsi que sur la nature du granulat. Le béton lavé se marie avec n’importe quels styles architecturaux à condition d’adapter les constituants en fonction du résultat que vous désirez obtenir.

Ainsi, cette matière est particulièrement personnalisable et se prête à tous les désirs et envies de l’utilisateur.

La différence entre béton lavé et désactivé

Ces deux matières sont similaires visuellement parlant. Il s’agit en fait d’un béton où le gravier de la surface est entièrement dégagé de sa laitance avant que ce dernier ne durcisse.

Cependant, leurs techniques sont tout à fait distinctives l’un de l’autre. Le béton lavé est obtenu avec un traitement d’eau à haute pression tandis que le béton désactivé s’obtient en utilisant un produit dénommé « désactivateur ».

La différence se situe également au niveau du prix. Le béton lavé coûte entre 30 à 50 € le m². Par contre, le béton désactivé est beaucoup plus cher. Il coûte entre 70 et 130 € le m². Comme vous pouvez le constater, il y a une certaine différence de prix entre ces deux matériels de base.

Le béton désactivé prend un peu plus de facteurs, contrairement à celui du béton lavé. En outre, le tarif affiché de ces deux types dépendra aussi de la surface ainsi que des honoraires du professionnel lors de la pose.

Dans quelles situations utiliser le béton lavé ?

Le béton lavé se retrouve dans les mêmes domaines d’application que pour le béton désactivé. Il est utilisé par les collectivités locales, les professionnels, mais aussi les particuliers.

  • Chez les professionnels

Il se retrouve sur les places, les cours, la voirie urbaine, les pistes cyclables, les rues piétonnes, les trottoirs ainsi que les parkings.

  • Chez les particuliers

Il sert à délimiter les allées de jardins, l’entrée du garage, la terrasse, le patio ou encore la plage de piscine. Pour ce dernier cas, son usage est un peu moins évident, car il possède un aspect rugueux et donc moins agréable au toucher.

Cependant, il détient l’avantage d’être un antidérapant très efficace. Vous avez une autre alternative pour cette application : le béton imprimé.

La composition du béton lavé

La composition du béton lavé est identique à celle du béton ordinaire. Il y a du ciment, de l’eau et des granulats. Contrairement au béton traditionnel, les granulats sont apparents. Vous devez donc choisir avec soin les différents composants du mélange afin d’obtenir l’aspect voulu. Quelquefois, il faudra ajouter du sable semi-fin dans le mélange.

Prenez en compte le type de granulat utilisé (gravier ou galet), sa taille sans oublier sa couleur pour avoir une allure finale impeccable. Le dosage recommandé pour une surface 1 m3 est de : 300 kg de ciment, 800 kg de granulat, 400 L de sable fin et 160 L d’eau.

Le prix d’un m² du béton lavé

  • Si vous le faites vous-même

Il est assez difficile de donner un prix réel du béton lavé, car celui-ci dépend de plusieurs facteurs, à savoir :

– Le prix de chacun des composants varie d’une enseigne à l’autre

– La location du matériel (la bétonnière et le nettoyeur à haute pression) ou l’acquisition

– Le tarif du treillis en fer, etc.

En gros, vous devez prendre en compte tous les éléments dont vous aurez besoin, car ils peuvent être fluctuants. En tout cas, la fourchette moyenne du prix se trouve entre 150 à 200 € le m3.

Mais, ce tarif varie également des composants en question : ciment blanc ou gris, la taille du gravier, etc. Il peut descendre en fonction de la surface à recouvrir : plus celle-ci est grande, plus le prix au m² se réduit.

  • Si vous passez par un professionnel             

Dans ce cas, le prix dépend également des différents éléments comme :

– L’état du terrain

– Le coût de la main-d’œuvre

– Le coût des travaux

– La durée des travaux

– Le coût de location du matériel

– L’épaisseur nécessaire : plus l’épaisseur est importante, plus le coût sera élevé

– La surface à recouvrir : plus elle est réduite, plus le prix sera élevé. Les prix deviennent alors dégressifs.

Par ailleurs, le prix du béton posé comprend : le coût de terrassement, le prix du coffrage, les matériaux ainsi que la pose en elle-même.

– Pour une surface comprise entre 1 m² et 25 m², le prix est de 160 à 190 € le m²

– Pour une surface comprise entre 25 m² et 50 m², le prix est de 80 à 100 € le m²

– Pour une surface comprise entre 50 m² et 100 m², le prix est de 50 à 70 € le m²

– Pour une surface comprise entre 100 m² et 200 m², le prix est de 40 à 60 € le m²

Comment faire la pose ?

Pour mettre en place le béton lavé, il est impérativement recommandé de suivre les étapes suivantes :

  • Préparer la surface en l’aplanissant

Commencer par délimiter la zone que vous souhaitez recouvrir avec le béton. Ensuite, assurez-vous que celle-ci soit parfaitement plane. Au cas contraire, procédez à son aplanissement.

  • Poser l’armature pour maintenir le revêtement

Cette armature doit être bien épaisse et compatible avec la charge que le revêtement de sol doit supporter. En moyenne, son épaisseur doit être aux alentours de 25 à 40 cm. De plus, les travaux de confinement, de régulation des eaux usées et de la percolation doivent être prévus.

Par la suite, préparez le coffrage de confinement. Il doit être en béton approprié (bois à enlever, bordures en béton ou en pierre naturelle), et avoir les dimensions exactes du projet afin de délimiter les zones de coulée.

Sachez que la hauteur du coffrage doit être celle de l’épaisseur du béton « sous-planche » c’est-à-dire environ 10 cm, mais augmentée à l’épaisseur du béton lavé d’environ 5 cm.

  • Couler et lisser le béton

L’étalage du béton « spécial » doit se faire manuellement au niveau du coffrage préalablement préparé. De préférence, utilisez un répéteur métallique comme un râteau édenté sur une épaisseur d’environ 5 cm.

À l’aide d’une règle en aluminium, étalez la surface en suivant les dimensions du projet ainsi que les pentes appropriées. Quand les travaux de redressage sont terminés, la surface deviendra parfaitement lisse. En outre, l’usage d’une truelle métallique ou d’un autre outil de lissage spécial à long manche peut éviter les types de vibrations et de contraintes qui risquent d’enfoncer les agrégats.

  • Appliquer un produit désactivant pour arrêter la prise en surface

En utilisant une pompe électrique manuelle ou de basse pression, étalez uniformément le désactivateur pris de surface sur toute la partie recouvert de béton. Il permet de décoller la surface du béton de quelques millimètres près afin de faire ressortir les fameux granulats qu’il contient.

À titre indicatif, la consommation va de 100 à 250 gr/m². Or, ce chiffre varie en fonction du type et de la quantité du ciment utilisé, la période d’exécution des travaux influencée par la température extérieure, et la profondeur millimétrique d’enlèvement de la surface.

  • Nettoyer à haute pression pour enlever le mortier superficiel

Cette dernière étape est à effectuer dans un délai maximum de 24 h. Si la température extérieure avoisine les 18 à 23 °C, ce sera le temps idéal pour un lavage de 6 à 8 h. Durant ce nettoyage, le mortier superficiel sera retiré à l’aide d’un nettoyeur haute pression et de l’eau à température ambiante.

Bien évidemment, le résultat de cet enlèvement sera influencé par plusieurs choses :

– La température ambiante

– Le type de ciment utilisé

– La courbe granulométrique

– La consistance et la qualité du béton

– Les additifs

Pour calibrer la quantité exacte de produits retardateurs, il est conseillé de faire des tests préliminaires adéquats à des fins de désactivation.

En 8 h de travail continu, un seul opérateur pourra désactiver 150 m² de surface au maximum. C’est pour cette raison qu’il est déconseillé d’installer plus de 150 m² de béton par jour. En revanche, la surface peut être augmentée en fonction de la disponibilité de plusieurs opérateurs et nettoyeurs haute pression.

À la fin de chaque coulée, il est recommandé de mettre un coffrage, un cil ou un insert. D’ailleurs, le fait d’interrompre la coulée et la reprendre en utilisant un nouveau béton n’engendre qu’un redémarrage total de la coulée qui apparaitra tel qu’il est sur la chaussée après un lavage.

Comment faire soi-même son béton lavé ?

Si vous avez les talents d’un maçon, vous n’êtes donc pas obligé de faire appel à un professionnel en la matière. Vous pouvez vous-même préparer votre béton lavé en vous servant de quelques matériels et outils de base.

Pour ce faire, acheter des dalles de béton préalablement lavées. Elles sont disponibles en plusieurs coloris et diverses rugosités. Il s’agit d’une acquisition peu onéreuse, mais fort pratique.

Pour obtenir 1 m3 de béton, vous aurez besoin de :

– Ciment : 300 kg

– Gravier : 800 litres. La taille doit correspondre à vos goûts.

– Sable semi-fin : 400 litres

– Eau : environ 170 litres. La quantité s’ajuste en fonction de l’humidité du sable.

– Fluidifiant : selon le mode d’emploi du produit. Le fluidifiant est facultatif, mais très recommandé.

  • Les étapes de la réalisation

Avec l’aide d’une bétonnière, mélangez ensemble tous les éléments secs puis ajoutez-y l’eau. Une fois que le béton est parfaitement homogène et fluide, versez-le sur la surface à recouvrir avec une pelle et étendez à l’aide d’un râteau en prenant soin de bien égaliser toutes les parties.

Assurez-vous que le béton soit parfaitement aplani avec un niveau. Puis, laissez sécher. Ce temps de séchage est très important et est la clé de la réussite. S’il est trop tard, vous risquez de ne pas pouvoir laver votre béton, trop tôt, vous enlèverez une bonne quantité de matière.

Généralement, le temps de séchage dure quelques heures selon l’humidité de l’air et de la quantité d’eau que le béton contient. Lavez ensuite le béton avec un nettoyeur réglé à une pression minimale de 15 bars. Rincez la laitance jusqu’à ce que l’eau soit claire.

Sachez que la boue dérivée du béton lavé est très polluante. Ainsi, protégez préalablement votre jardin et environnement. Il ne faut pas qu’elle rejoigne le réseau d’évacuation des eaux usées.

  • Quelques astuces pratiques pour réussir un béton lavé

Le choix du sable est très important, car il entre en contraste avec le gravier. Il est également essentiel que sa couleur soit bien choisie pour éviter les jeux de couleur discordant à la fin des travaux.

L’usage du balai de cantonnier permet d’avoir l’œil sur ce que vous êtes en train de faire. L’erreur à éviter est de trop creuser avec le jet d’eau, car la boue risque de vous empêcher de voir votre travail.

Le rinçage jusqu’à l’obtention d’une eau parfaitement claire permet d’esquiver l’apparition d’une fine pellicule de ciment sur les graviers.

Avec le temps, votre béton lavé peut comporter des impuretés comme les mousses. Par conséquent, il se verdit. Pour le nettoyer, il suffit de passer un jet à haute pression. Il retrouvera ensuite sa teinte initiale.

Pourquoi choisir le béton lavé pour vos travaux de construction ?

Le béton lavé est sans aucun doute l’une des technologies de pavage extérieur les plus utilisées, car il offre un design impressionnant et en parfaite harmonie avec l’environnement.

Il est la solution recommandée pour la majorité des emplacements géographiques grâce à sa haute résistance aux changements de température et aux chocs subits.

Par ailleurs, il présente également une grande planimétrie ainsi qu’une grande résistance mécanique. En tout, il procure une finition globale vue à partir des différentes tailles de grains.

Toutefois, il y a certaines recommandations pour que son utilisation soit impeccable :

– Température d’application entre 5 °C et 35 °C ;

– Ne pas appliquer lorsque le temps est très humide c’est-à-dire avec pluie ou avec un risque de gel ;

– Si le matériau de support est très absorbant, il sera préalablement humidifié ;

– Le support doit être solide, stable et propre autant que possible.

Comment nettoyer le béton lavé ?

Vous avez une belle allée de jardins en béton lavé. Mais après quelque temps, la poussière, la mousse et la terre s’y sont entassées en lui donnant un aspect tout à fait désagréable.

Heureusement, vous pouvez la nettoyer tranquillement à condition d’adopter les bons gestes pour ne pas l’abîmer.

  • Les gestes à adopter au préalable

Avant d’appliquer quoi que ce soit, il est d’abord nécessaire d’enlever toute la terre, la poussière ainsi que les autres impuretés accumulées avec de l’eau. Ôtez les feuilles qui jonchent le sol à la main. Certes, l’usage d’un nettoyeur à haute pression est très pratique au début, mais à la longue, la force de l’eau risque de détériorer l’ensemble du revêtement.

  • Les traitements préalables pour le faire durer

Pour faciliter l’entretien et prolonger la durée de vie du béton lavé, il existe plusieurs solutions qui peuvent être mises en œuvre. Commencez par appliquer un traitement hydrofuge après l’étape de la désactivation, par exemple. En adoptant ce traitement, vous pourrez esquiver l’entretien annuel de votre revêtement.

Après une semaine suivant le bétonnage, il est aussi recommandé de pulvériser ou de poser un film protecteur de surface. Cette couverture en rouleau empêche ainsi l’imprégnation des hydrocarbures, mais facilite également le nettoyage par un simple lavage régulier.

Si vous habitez dans une région humide ou dans les zones exposées à l’ombre, il est également indispensable de mettre un traitement anti-mousse. Ce produit sera tout à la fois préventif et curatif. De préférence, choisissez un produit écologique, sans solvant ni acide. Puis, pulvérisez-le une fois par an après avoir brossé le béton lavé.

  • Le nettoyage proprement dit

Pour conserver votre revêtement le plus longtemps possible, il est primordial de le nettoyer tout en adoptant quelques attentions particulières. N’utilisez jamais de détergent puissant ou d’ammoniaque comme la javel, les produits nocifs et agressifs pour l’environnement.

L’eau suffit amplement à nettoyer toute la surface extérieure. Vous n’avez qu’à le laver au jet simple ou à la brosse s’il s’agit d’une petite surface. Cet entretien peut paraître contraignant, mais c’est le gage de la durabilité de votre béton lavé

4 astuces pratiques pour venir à bout des taches sur le béton lavé

  • Bicarbonate de soude et cristaux de soude

Vous voulez nettoyer votre allée ou votre terrasse en béton lavé en profondeur ? Astiquez une brosse trempée dans de l’eau chaude additionnée de bicarbonate de soude ou de cristaux de soude. Ainsi, la terre et les poussières incrustées disparaitront définitivement.

  • Glycérine et eau

Quand il s’agit d’enlever les taches de thé, de café ou encore de boissons alcoolisées, il faudra employer une autre manière. Utilisez un tissu en coton humecté d’un mélange d’eau et de glycérine. Appliquez-le sur les parties sales.

  • Savon de Marseille réduit en miettes et eau

Tous les produits acides comme le vinaigre peuvent avoir des conséquences négatives sur votre béton lavé. En effet, ils peuvent l’abîmer en profondeur. Si vous êtes face à une tache de vinaigre, aspergez directement le sol avec de l’eau.

Au cas où les marques sont plus anciennes, il faudra alors utiliser du savon de Marseille découpé en miette mélangé à beaucoup d’eau. Appliquez ce mélange par-dessus. Le béton va immédiatement absorber ce liquide savonneux et faire disparaitre la tache comme par magie.

  • Talc ou farine

L’allée de garage est maculée d’huile de voiture ? Ne vous inquiétez pas, il existe une technique facile pour faire disparaitre cette souillure. Il suffit d’apposer du talc ou de la farine sur toute l’intégralité de la marque.

Ces poudres vont instantanément absorber l’huile ou les taches d’essence et de gasoil. Laissez sécher quelques minutes avant d’enlever la poudre. S’il reste encore des traces, frottez avec une brosse imprégnée de cristaux de soude et d’eau.

  • Les produits antirouille

Pour supprimer les taches de rouille, vous pouvez utiliser les produits spéciaux antirouille disponibles en commerces et en quincailleries. Il suffit d’apposer le produit directement sur la marque et de frotter vigoureusement à l’aide d’une éponge ou d’une serpillère trempée d’eau.

  • Liquide vaisselle et eau chaude

Pour l’entretien régulier de votre béton lavé, il est recommandé de le nettoyer avec de l’eau chaude et du liquide vaisselle. N’employez jamais l’eau de javel ou l’ammoniaque car ils attaquent directement le béton. De plus, ils sont très nocifs pour l’environnement et sont pratiquement interdits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star