Comment enlever une cheville Molly du placo ?

La cheville Molly est un système de fixation destinée aux supports creux comme le placo. Elle permet de fixer les étagères, les tableaux ou encore les téléviseurs-écrans plats. Facile à mettre en place, il suffit d’utiliser une pince pour réussir à la poser.

Ce dispositif est aussi devenu indispensable pour fixer quelques choses sur le mur. Mais si vous décidez de l’enlever, le résultat n’est pas très esthétique. De plus, il existe certains procédés pour l’ôter convenablement. Pour en savoir plus à ce sujet, lisez ce qui suit pour que votre paroi retrouve son aspect lisse et beau.

Qu’est-ce qu’une cheville Molly ?

Fabriquée par la marque du même nom, la cheville Molly est un outil qui vous aide à fixer les meubles et les objets lourds dans un mur. Or, cette façade en question doit être en plaque de plâtre, en BA13, en parpaings creux ou en briques creuses.

Elle est conseillée pour les objets tels que les miroirs, les patères, les étagères, les lustres ou les supports de télévision. Généralement, elle arrive à supporter jusqu’à 50 kg pour les 13 mm de diamètre, 40 kg pour les 11 mm et 25 kg pour les 8 mm de diamètre. Vous l’avez compris, plus le poids est important, plus les ailettes et la tête sont grandes.

Par rapport aux autres modèles, celle-ci dispose d’une surface de contact avec un support assez important. Le modèle le plus connu est la cheville métallique à expansion. La cheville classique est facile à arracher, notamment sous le poids de l’objet qu’elle soutient.

Étant donné que sa déformation est longitudinale et limitée, elle ne présente aucune surface d’appui pour éviter les risques d’arrachement. Par contre, la cheville Molly s’adapte parfaitement aux matériaux creux tout en augmentant sa surface d’accroche.

Un système éprouvé

La cheville Molly dispose d’un design unique. En effet, sa surface de contact présente un support important par rapport aux autres chevilles. Du coup, si vous voulez installer un objet pesant et volumineux, elle sera très résistante contre l’arrachement. Son principe de fonctionnement est simple. Après avoir percé un trou, placez-la en déployant les ailettes. Écartez la vis de la tête de la cheville. Pour y parvenir, vous pouvez utiliser une pince spéciale comme la pince à expansion, par exemple.

Les éléments constitutifs d’une cheville Molly

Si vous ne savez pas à quoi ressemble une cheville Molly, voici les différents éléments qui la composent :

– La tête filetée est large, plate et spécifique à chaque type de Molly. Cette tête dispose d’un ancrage auquel elle reste fixe lorsque vous serrez avec un tournevis.

– Les ailettes sont placées de chaque côté de la cheville et sont contrées au milieu pour favoriser le pliage.

– L’écrou va servir à plier les branches et les appuyer contre le support.

– Une vis mécanique.

– Un raidisseur.

Lorsque vous l’introduisez dans le matériau, la branche se déforme et vient se plaquer en forme d’étoile derrière le support. C’est grâce à ce principe que la surface d’appui augmente et reste parfaitement homogène.

Résistante à l’arrachement, la cheville Molly garantit un ancrage solide. Mais, pour avoir ce résultat, il faut se procurer du modèle qui convient le mieux.

Les types de chevilles Molly

Il existe trois types de chevilles à expansion :

  • Cheville Molly classique

Ce modèle s’insère dans un trou préalablement percé à l’aide d’une perceuse. Pour la sertir, vous avez besoin d’une pince à expansion. Cette cheville classique est surtout employée pour des charges modérées comme les tringles à rideaux, les cadres, les étagères pour installer les petits objets de décoration, etc …

  • Cheville Molly auto-perceuse

Cette cheville s’insère facilement dans le mur grâce à sa pointe très fine. Elle ne dispose pas d’écrou derrière les raidisseurs, mais plutôt une pointe pour faciliter le guidage et le forage. Il suffit de la frapper d’un coup pour percer un mur, puis utilisez une pince à expansion pour la sertir. La cheville autoperceuse arrive à supporter des charges plus lourdes.

  • Cheville Molly autofoireuse

Cette dernière version s’insère par frappe en utilisant un marteau. Sa tête pointue favorise son positionnement et le guidage. Une fois en place, elle requiert aussi l’usage d’une pince à expansion.

La cheville Mollyu autofoireuse permet d’accrocher efficacement les gros miroirs, un cadre lourd, un convecteur ou encore une étagère pouvant supporter des livres et objets lourds.

Le modèle classique est l’outil idéal pour n’importe quel support creux tandis que les chevilles autoperceuses et autoforeuses sont uniquement utilisées sur des murs en plâtre.

Étant donné que ces dernières s’insèrent au marteau, vous courrez quand même le risque de casser les autres types de murs, notamment ceux qui sont fragiles (parpaings et briques creuses).

Comment choisir une cheville Molly ?

La taille et le type de Molly sont faciles à identifier en lisant les étiquettes signalétiques. En effet, ses indications indiquent précisément la taille ainsi que la longueur totale du matériel.

Si l’étiquette indique M4 x 59, cela signifie qu’il s’agit d’une cheville Molly (M) avec une vis mécanique de 4 mm et une longueur totale de 59 mm.

Le diamètre de perçage ou de la cheville figure également sur l’emballage. À part cela, le poids maximum supporté par la cheville est également indiqué. Cependant, la direction de la charge a un impact sur le poids. Vous devez donc rester très vigilant lorsque vous achetez vos chevilles Molly.

Par conséquent, le choix de cet outil de bricolage porte sur :

– La taille

– Le type

– La longueur

– L’épaisseur du mur support à percer

– Le poids de l’objet que doit supporter la cheville et du mur

– La direction de charge

N’hésitez pas à demander conseil auprès du vendeur avant d’acheter des chevilles à expansion, surtout pour le Molly.

Les différentes méthodes pour enlever une cheville Molly

À part ses caractéristiques particulières, vous pouvez le constater que la cheville Molly ne peut pas être retirée facilement.

Vous devez adopter certaines astuces pour y parvenir :

  • Avec un tournevis

Utilisez de préférence un tournevis plat, d’un cruciforme et d’une pince. Commencez par enlever la vis de la cheville. Placez le tournevis entre la collerette de la cheville et la plaque de plâtre.

Cassez la collerette avec délicatesse en essayant de la relever vers l’intérieur. À l’aide d’une pince, retirez-la complètement de la cheville. Il n’y a plus que l’arrière de la cheville qui est reste en place.

Pour finir votre intervention, poussez la cheville dans la cloison avec un autre tournevis cruciforme. Elle va automatiquement tomber en arrière dans le trou. Comme vous pouvez le constater, cette opération n’est pas du tout compliquée.

  • Avec une perceuse

Pour réussir cet exploit, vous avez besoin d’une perceuse avec un foret à métaux qui dispose d’un diamètre plus important que celui du trou de la cheville et d’un tournevis ayant la taille identique de la vis. Cette pratique se fait rapidement.

Il suffit de retirer la vis qui se trouve dans la cheville. Puis de prendre la perceuse et de percer dans la cheville. Vous casserez alors la collerette que vous poussez derrière le panneau. Pour éviter les dégâts, n’appuyez pas trop fort sur la perceuse. Adoptez une vitesse relativement élevée pour percer la collerette.

  • Avec un marteau

Cette fois-ci, vous aurez besoin d’un tournevis et d’un marteau. Placez la vis dans la cheville Molly sans la visser jusqu’à la fin. Frappez quelques coups avec votre marteau sur la tête de la vis.

L’objectif de ce procédé est de dissocier la cheville et la collerette. Au cas où cette première alternative n’a aucun succès, vissez la vis d’une manière diagonale dans le trou de la cheville. Puis, tapez à nouveau avec votre marteau. Retirez la collerette restée à l’avant de la plaque de plâtre.

  • Avec une pince coupante

Pour dégager la cheville, couper directement la collerette avec une pince coupante puis abaisser les ailettes.

  • Avec une meuleuse

Le principe est semblable à la précédente, mais à la place de la pince, vous utilisez par contre une meuleuse.

  • Sans outils

Il est tout à fait envisageable de retirer les chevilles Molly sans avoir recours à des outils spéciaux. Dans ce cas, ces dernières ne dépassent pas votre mur. Tentez plutôt de les dissimuler au lieu de les enlever.

Pour ce faire, appliquez juste un mastic acrylique sur la zone à camoufler. Ce produit est souvent utilisé par les professionnels qui veulent cacher les joints et les raccords dans leurs travaux. D’ailleurs, il peut être repeint sans aucun problème. Toutefois, ce produit n’est pas adapté dans des pièces humides comme la salle de bain et la cuisine.

  • Mesures de sécurité à adopter

Si elle se situe en hauteur, n’hésitez pas à prendre appui sur un support solide et stable. Une fois que la cheville sortira de son trou, vous risquez effectivement de tomber en arrière.

Comment reboucher le trou dans le mur ?

Vous êtes enfin venu à bout de la cheville Molly. La prochaine étape consiste à combler la cavité. Même si le fait de reboucher un trou est une chose facile à accomplir et à la portée de tous, cette opération nécessite une certaine préparation au préalable.

De plus, vous devez utiliser les bons matériaux pour obtenir un résultat net et durable à travers le temps.

Voici les différentes étapes à suivre pour reboucher efficacement un trou dans le mur :

  • La préparation

Avant de procéder au rebouchage proprement dit, assurez-vous d’abord que la surface autour du trou soit propre et surtout bien lisse. Si ce n’est pas le cas, veuillez régler ce problème au plus vite.

  • L’application de l’enduit

Mettez du papier journal dans l’orifice laissé par la cheville. Il comblera l’espace vide de la plaque de plâtre. À l’aide d’une spatule, remplissez le trou d’enduit en débordant un peu. Grâce au papier journal, l’enduit ne risque pas de couler derrière la cloison.

Il fait office d’arrêt de ce type revêtement. Pour reboucher un trou causé par des chevilles Molly, il est recommandé d’utiliser un enduit en tube multi-usage. Lissez la surface avec un couteau à enduire et veillez à laisser bomber l’enduit. Laissez sécher pendant au moins 24 heures.

  • Le ponçage

Lorsque vous constatez que le support est totalement sec, il est temps de passer au ponçage. Utilisez du papier abrasif spécial plâtre ou du papier de verre à grain fin pour gratter le surplus. De préférence, procédez d’une manière manuelle au lieu d’adopter des outils mécaniques.

  • La peinture

Une fois que vous aurez terminé toutes ses étapes à la perfection, vous pouvez enfin appliquer n’importe quel type de peinture. Il n’y a pas d’exigence précise concernant la couleur. Laissez libre cours à votre imagination.

Si jamais vous trouvez que le résultat final n’est pas aussi parfait comme vous l’espérer, remettez du plâtre, laissez sécher à l’air libre et poncez à nouveau. Prenez soin de percer un trou ayant une profondeur légèrement supérieure à la longueur de la cheville.

De cette manière, vous insérerez plus facilement votre cheville qui pourra facilement se déformer et verrouiller son ancrage dans le support. Pour vous servir de repère, n’hésitez pas à placer de l’adhésif sur le foret.

Les alternatives à la cheville Molly

La cheville Molly est un accessoire classique lorsqu’il s’agit de clouer des objets sur un mur ou autre paroi.

Néanmoins, il existe d’autres chevilles qui commencent à être connu et aussi permettent de fixer dans du Placo :

  • La cheville autoforeuse en forme de vrille

Ce type de cheville est facile à reconnaître par sa forme de vrille. Elle est généralement accompagnée d’un pas de vis ainsi que d’une pointe très aiguisée. Si vous la choisissez, vous n’aurez nullement besoin d’un perçage préalable.

Elle se met facilement en place par son système de vissage dans un support creux et tendre. Ainsi, la cheville autoforeuse est plutôt adaptée aux plaques de plâtre.

En outre, le rapport poids/taille supporté est plus faible que celui de la Molly. Toutefois, elle est relativement facile à retirer et à manier. Son unique bémol, c’est qu’elle ne supporte pas les charges trop lourdes. De plus, elle laisse un trou plus grand lorsque vous décidez de la retirer.

  • La cheville tous types de supports ou chevilles universelles

De nouvelles chevilles sont désormais disponibles dans les magasins de bricolage. Elles permettent de fixer des objets sur n’importe quel type de supports, y compris le Placo grâce à sa conception révolutionnaire. Fabriquée en deux matières, comme la cheville Duopower de fischer ou celle en nylon autobloquant de Red Head, le pré-trou est aussi une étape obligatoire.

La cheville passe-partout convient aux petites fixations légères qui n’ont pas à supporter de contraintes à l’arrachement, quelle que soit la nature du support. Dans ce cas, cette cheville multimatériaux supporte uniquement de très légères charges.

Sa large rondelle d’appui les rend solidaires les uns des autres, mais aussi solidaires du support en question. Son inconvénient est qu’elle propose un poids de charge moins important que la Molly.

Quelle charge les chevilles Molly peuvent-elles supporter ?

Quand la charge à supporter est importante alors la résistance doit également être solide. Pour atteindre cette perfection, les fabricants de chevilles ont adapté les caractéristiques de la cheville à la charge maximale supportée.

Comme vous le savez, la charge maximum que la cheville Molly peut supporter dépend de sa taille. Il faut avoir des ailettes et une tête plus grandes.

Pour avoir une idée, voici les diamètres des chevilles Molly correspondants au poids supporté :

– 25 kg pour 8 mm de diamètre.

– 40 kg pour 11 mm de diamètre.

– 50 kg pour 13 mm de diamètre.

Le poids total d’un objet doit être réparti sur toutes les chevilles. Utilisez donc plusieurs Molly pour bien maintenir votre miroir ou étagère. Pour les objets à mettre ans le Placo, qui sont généralement très lourd c’est-à-dire plus de 50 kg, privilégiez la fixation sur les rails qui portent le Placo pour plus de précautions.

Où trouver des chevilles Molly ?

Les chevilles Molly sont faciles à trouver. Vous pouvez vous en procurer dans les magasins de bricolage. Vous y distinguerez toutes les tailles, du moins, les plus connues. Si vous n’avez pas le temps de chercher des chevilles dans ces magasins, vous pouvez toujours en trouver dans les grandes surfaces du coin.

Avec l’évolution de la technologie, passez vos commandes en ligne sur les sites spécialisés dans la vente de matériaux de bricolage. Vous n’avez pas à vous déplacer, car la livraison se fait à domicile.

Quel est le prix des chevilles Molly ?

Le prix des chevilles Molly dépend de la quantité que vous avez besoin. Dans la majorité des situations, elles se vendent en pack. Et pour un pack de 10 chevilles, comptez environ 6 euros. Pour un pack accompagné d’une pince, comptez à peu près 20 à 25 euros.

Conseils pour choisir et poser les chevilles de fixation

– Lorsque vous allez utiliser une perceuse à percussion ou un perforateur, pensez à bien choisir le foret et à sélectionner le mode de perçage adapté en fonction de la nature du matériau de support.

– Ne réduisez jamais les diamètres ou longueurs des fixations. Certes, une rupture peut apparaître en fonction des objets que vous voulez fixer. Mais, utilisez le type de cheville adapté au bon diamètre et vous aurez une bonne fixation durable.

– Pour les fixations de l’extrême, au niveau des matériaux creux, adoptez uniquement le scellement chimique. La fixation est largement meilleure et sécuritaire.

– La pince Molly est inutile si vous décidez d’utiliser des chevilles de petit diamètre. Au cas contraire, la pince se tordra et les chevilles ne s’écarteront même pas.

– Préférez les goujons d’ancrage pour un matériau plein. Ce ne sont pas des chevilles proprement dites, mais ils arrivent à maintenir solidement un élément à un support.

– N’oubliez pas de toujours vérifier le poids qui est donné à la cheville lorsque vous l’achetez. Si possible, multipliez les points d’ancrage sur les matériaux creux.

– Protégez-vous les yeux en portant des lunettes de protection. Et équipez-vous d’un masque à poussières et de protection auditive pour votre sécurité.

Les critères de choix des chevilles de fixation au mur

Quel que soit le mode de fonctionnement, le principe de la cheville est simple à comprendre. Une fois qu’elle est insérée dans le trou, elle se dilate automatiquement et s’agrippe au matériau de la cloison, du mur ou du plafond. Toutefois, l’ancrage varie en fonction du matériau de construction du mur ou du plafond.

Qu’elle soit en nylon, en plastique ou encore en métal, la cheville est indispensable pour pouvoir fixer les petits éléments comme une étagère, mais aussi d’autres éléments plus imposants comme des poutres, des meubles de cuisine ou encore un chauffe-eau.

Elles peuvent supporter des charges allant jusqu’à plus de 200 kilos selon les modèles que vous achetez. De même, elles se fixent dans les matériaux creux ou pleins. Bien évidemment, le modèle diffère et les dimensions aussi en fonction du matériau de construction du mur et de la charge à supporter.

Les risques de poser de mauvaises chevilles de fixation pour support

Si par malheur, vous posez les mauvaises chevilles de fixation, votre objet ou élément risque de ne pas bien se fixer à long terme. Vous risquez de voir votre objet de décoration tomber par terre ou pire de blesser quelqu’un lors de sa chute. Même en cas de petit choc, l’objet risque de s’arracher et d’abîmer une partie de votre mur.

Généralement, deux sortes d’incidents peuvent survenir :

– Soit la cheville n’a pas accroché au support et va donc glisser du trou.

– Soit la cheville n’est pas adaptée à la charge et va finir par ne plus tenir en place et lâcher subitement

Dans les deux cas, la cheville ne fera pas son travail. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’acheter une cheville de fixation qui s’adapte au matériau et à son usage proprement dit.

Il existe des chevilles adaptées aux matériaux pleins, creux ou friables, mais également aux charges légères comme aux charges lourdes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star